Dossiers
Jannick ROCHER, meilleur ouvrier de France classe maçonnerie
Jannick ROCHER, meilleur ouvrier de France classe maçonnerie

Meilleur Ouvrier de France : excellence artisanale

Rigueur, précision, exigence

Lundi 13 mai 2019, Janick ROCHER, comme 206 autres lauréats, était reçu à la Sorbonne puis au Palais de l’Elysée et récompensé par sa médaille d’Or au 26ème concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France » en classe maçonnerie.

Véritable aboutissement d’un travail mené depuis de nombreux mois, la présentation du chef d’œuvre a donc permis la reconnaissance par les pairs d’un investissement personnel exigeant (948 heures consacrées à sa réalisation, réparties sur 13 mois). Au cœur de la coupole l’ouvrier a fait figurer les trois valeurs portées par le  concours et symbolisant l’excellence à la Française. Depuis son apprentissage, Jannick ROCHER cultive l’excellence dans son métier. Il avait ainsi été médaillé d’or en 2009 au concours « Un des Meilleurs Apprentis de France », puis avait terminé vice champion lors de la finale nationale du 42ème concours  des Olympiades des Métiers.

Une échauguette d’inspiration médiévale & italienne

Le projet a commencé par une période de recherche (architecture,  matériaux, fournisseurs).
Les échauguettes sont des éléments constitutifs de certaines fortifications du Moyen Âge. Ayant autrefois une fonction défensive, ces tourelles ont acquis, au fil du temps, des critères esthétiques et décoratifs.
Le toit est lui d’inspiration italienne. Le chapeau de l’échauguette est en effet recouvert d’un habillage en pierre de lauze.

Trois modules ont été réalisés (socle, échauguette, chapeau) puis assemblés en atelier. Leur création a nécessité de nombreuses tâches : plans, tracés, réalisation, assemblage.

Le bois avant le béton
La majeure partie du travail a consisté à créer les coffrages. Ainsi, le socle, les balustres ou encore l’échauguette ont été dessinés sur patron, puis des coffrages en bois ont été réalisés. L’étanchéité et la résistance ont ensuite été testées avant le ferraillage et le coulage du béton.

UNE RÉFLEXION ENVIRONNEMENTALE

L’ensemble du projet a été pensé pour diminuer son impact environnemental. Ainsi, les planches de coffrage ont été utilisées à plusieurs reprises pour l’œuvre ou dans le cadre de l’activité quotidienne de l’entreprise DELAVAUD à Challans dans laquelle Janick travaille. Les matériaux ont été triés et en partie recyclés. Une huile végétale a été choisie pour le décoffrage. Enfin, les matériaux locaux ou les plus proches de l’entreprise ont été choisis pour réduire l’impact carbone du projet.

Réalisation d'une échauguette : le socle
Réalisation d'une échauguette : le socle
Réalisation d'une échauguette
Réalisation d'une échauguette
Réalisation d'une échauguette : le chapeau
Réalisation d'une échauguette : le chapeau
Assemblage de l'échauguette
Assemblage de l'échauguette